Dhrupad : le Chant Eternel

L’art du Dhrupad est un chant mélodieux, continu et poétique.

«Dhrupad» est un terme conjoint dérivé de deux mots sanskrits – Dhruva et Pada. 

« Dhruva » signifie Etoile Polaire et « Pada » poésie.

L’étoile polaire est de nature immuable : elle est toujours au même endroit et nous guide à travers la nuit vers la lumière.

On pense que Dhrupad est né lors de l’émergence de la civilisation védique en Inde (période védique : de 2000 ans jusqu’à 600 ans avant JC). 

C’est la première forme d’art sophistiquée de l’Inde ancienne où la poésie était combinée avec des notes de musique.

Ce chant ancestral ou ce poème chanté, qui s’est transformé vers le XIIe siècle dans le Nord de l’Inde, en se composant de 4 vers. 

Ces poèmes parlent de l’amour, de l’ivresse qui transporte le cœur, de cette joie merveilleuse d’être sous le charme de la Grâce Authentique et Délicate.

La plupart du temps, ce chant est une libre improvisation. Le chanteur utilise sa voix à travers une multitude de variations qui imite la Vie. Des syllabes parfois longues voire lancinantes, parfois changeantes comme le tumulte de la vie, parfois émergeantes comme une impulsion de vie.

Pelva Naik

Entre la richesse de la mélodie et le rythme, les musiciens sont en accord parfait avec le chanteur formant ainsi un tout harmonieux et magique.

Le Dhrupad, art spirituel par excellence, a été chanté de tout temps dans les temples et dans les cours des Maharadjahs.

L’écoute de ces chants plonge le chanteur, les musiciens et toute l’assistance dans une Contemplation Profonde apportant calme, sérénité et joie. 

Le Dhrupad ne s’écoute pas comme n’importe quelle musique, il s’apprivoise au fur et à mesure de l’écoute, l’oreille doit s’ouvrir à la finesse du message vibratoire et énergétique.

Wasifuddin Dagar
Juste sublime…

Comments are closed.